S’installer dans une maison de retraite : qui le choisit ?

La décision d’entrer dans une maison de retraite est un moment charnière dans la vie d’une personne âgée et de ses proches. La perte d’autonomie, l’évolution de l’état de santé ou simplement le souhait de rompre avec la solitude peuvent conduire à envisager le placement en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou en résidence services. Mais au moment de prendre cette décision, se pose la question légitime : qui décide réellement de l’entrée en maison de retraite ?

La décision d’entrer en maison de retraite : un choix partagé ?

Quand il s’agit de choisir le moment de quitter son domicile pour une maison retraite, la décision peut être initiée par la personne âgée elle-même. Certaines personnes, conscientes de leur perte d’autonomie ou désireuses de bénéficier d’un cadre de vie plus sécurisant et social, prennent les devants et optent pour un placement en EHPAD ou en résidence senior. D’autres fois, c’est la famille qui suggère cette transition, souvent à la suite d’événements tels que des chutes répétées ou l’apparition de troubles nécessitant un suivi médical régulier.

Nonobstant, la situation peut devenir complexe lorsque la personne âgée est réticente ou dans le déni face à sa situation. Dans ce cas, les proches peuvent se retrouver dans une position délicate, devant conjuguer le respect des souhaits de leur parent et la nécessité de garantir sa sécurité et sa santé. Vous avez besoin de plus d’informations sur le sujet ? Vous pouvez toujours faire un tour ici : https://www.lepatrimoscope.com/placement-en-maison-de-retraite-qui-decide/.

Quand le consensus autour du placement manque

Le passage à une vie en établissement est souvent un sujet sensible qui peut engendrer des désaccords entre la personne âgée, ses enfants, ou même au sein de la fratrie. La réticence à quitter son domicile peut émaner d’une véritable volonté de maintien à domicile, ou d’une incapacité à juger de sa propre situation en raison de troubles cognitifs.

Si le consensus familial est introuvable, et que la personne âgée est jugée inapte à prendre des décisions éclairées pour sa santé et son bien-être, une mesure de protection juridique, telle que la tutelle ou la curatelle, peut être envisagée. Cette solution permettra la désignation d’un responsable légal chargé de prendre les décisions pertinentes.